J'Habite Un Soupir


Eaux de peau

L'ère est à la simplicité, au minimalisme. Mais plus qu'un réel parti pris, un vrai choix de frugalité, c'est bien davantage désormais, comme toute chose que récupère le système consumériste, une étiquette, surtout une marque, une tonalité hyper stylisée pour juste embellir son fil Instagram. Une couleur d'objets, un format, une idée qui, ironiquement, incite encore et toujours à la dépense. À la surenchère.

Alors évidemment, changer d'habitude, même si cela consiste à réduire sa consommation, implique malgré tout, à un moment donné, à acheter des choses. Certes. Mais ici, voyez-vous, je vous propose du pur minimalisme.

Pas d'éloge pour des marques en typo FreeMono et flacons ambrés qui n'ont du minimum que l'emballage. Ni de discours enchanteur pour une gamme au format solide farcie d'ingrédients "naturels" plus agressifs les uns que les autres et dont la fabrication de certains pollue.

Dans cette tendance "engagée" si souvent aussi consistante qu'un voile de soie sur un chignon blond persulfaté, il est rare de ne pas être hilare en allant, par curiosité, cliquer sur l'onglet d'une compo Inci, et d'y comptabiliser par exemple pour un "pur organic hydrolate", deux conservateurs et de l'eau ajoutés ! Quand ce n'est pas une formule de crème "minimaliste" ne comprenant "seulement" que 10 ingrédients. Ou une autre encore dont l'argument de vente est sa richesse en acide hyaluronique et beurre de karité quand elle ne contient que 1% du premier et place le second en 14e position dans une liste de 20 ingrédients.

Ah je ris ! Mais des exemples comme ça, j'en ai plein...

Si le "minimalisme est un mode de vie qui consiste à éliminer tous les excès de son quotidien", celui de l'incohérence ne semble pas être sur sa liste des choses à éjecter, ni la recherche de l'émancipation. Du moins la plupart du temps, force est de constater qu'il est adopté pour son esthétisme, bien plus que pour son éthique.

Voilà, maintenant que j'ai bien pourri l'ambiance, froisser de culpabilité quelques consciences perdues qui passaient par là, pour ainsi mieux par effet de texture rehausser le contraste de mes mérites - qui d'autre que moi le ferait d'abord - je partage parée d'un point virgule mes recettes d'eaux de peau ; des mélanges simples et véritablement minimalistes, s'il vous plaît, qui sont aussi beaux que pure est l'eau.

Peut-être ces quelques recettes insuffleront humblement un peu d'inspiration, ce dont j'ai manqué il y a plus de quinze ans quand j'ai commencé à découvrir l'alternative de la slow cosmétique. Peut-être aussi démontreront-elles la facilité avec laquelle on peut prendre soin de soi, de manière autonome, et sans moins d'efficacité, tout au contraire. Elles font partie de ma routine depuis longtemps maintenant et sont pour moi des valeurs refuge.

Eaux du visage

Le matin je ne me lave pas le visage, je le rafraîchis. Je considère que l'ayant déjà nettoyé la veille, soit avec une de mes eaux, soit avec une crème lavante personnalisée et seulement si je sens que c'est nécessaire, le lendemain il suffit d'ôter cette sensation de papier collé, des yeux les larmes séchées et de la bouche la bave coulée. Donc je vaporise généreusement tout mon visage, mon cou et mes oreilles, et je passe partout un carré de fibres végétales, juste assez délicatement pour ne pas chauffer la peau. Ce massage, l'action mécanique des fibres puis les actifs de mon eau vont enlever les résidus de la nuit, et c'est tout.

Un massage appliqué en soi est de plus utile pour stimuler la circulation, la régénération cellulaire en l'oxygénant, tonifier les muscles et drainer la lymphe. Toujours selon mes besoins, je me suis familiarisée avec des gestes de yoga du visage, notamment pour diminuer les poches sous les yeux et dégager dans le même temps le nez que j'ai souvent à moitié bouché au lever.

Restera ensuite à appliquer au choix un hydrolat, un hydratant, un sérum, une émulsion, toujours selon mon ressenti et les besoins épidermiques du moment. La suite du rituel fera sans doute l'objet d'un billet dédié.

Pour fabriquer une eau de peau, j'utilise une base hydratante à laquelle je vais ajouter deux ou trois actifs. Je la conditionne ensuite dans un spray que je place au frigo et qui me fait entre 7 et 10 jours. Certains actifs ont besoin d'un temps de pause pour bien se dissoudre ou se disperser dans le mélange. Le mieux est alors de préparer l'eau au moins quelques heures avant son utilisation, pour permettre à la synergie et à la dilution de s'affiner.

Base = Eau filtrée + Urée

L'urée est un ingrédient incontournable en cosmétique de par son pouvoir hydratant puissant. Ses propriétés adoucissante et kératolytique qui aident à éliminer les cellules mortes en font, selon son dosage, un exfoliant doux très bien toléré et une alternative aux acides de fruits. Elle pénètre très facilement dans l'épiderme et favorise la pénétration des autres actifs. Purifiante, elle limite également le développement des bactéries sur la peau et dans les formules.

Eau de Mauve

La peau du visage regroupe les parties les plus fines de la surface du corps et n'est pas recouverte de vêtements, du moins en dehors d'une pandémie mondiale d'infection virale pulmonaire. Ainsi elle exige une attention particulière, tout en observant ses réactions qui varient d'une saison à une autre, d'un âge à un autre, d'une période hormonale à une autre, et ainsi de suite.

C'est pour cela que dans la gamme des extraits hydroglycérinés j'utilise aussi par période celui de Petit Houx, dans la même proportion.

Eau de Perles d'Eau

Mes formules sont fatalement adaptées à mon type de peau, il est donc essentiel de préciser quelles sont mes préoccupations quand je cherche à concevoir un mélange. Les miennes sont focalisées sur un manque d'hydratation, une peau intolérante, réactive, produisant peu de sébum, ayant des rougeurs, des sensations de tiraillement voire des démangeaisons, et par zones des plaques rugueuses.

Eau de Hô

Les apports pertinents en nutrition et hydratation sont hyper complexes à cerner sans s'armer de patience, et sans comprendre que tout interagit. Toute molécule est interdépendante d'une autre, qui fonctionne en complément, en synergie, en s'intensifiant ou au contraire en se contrariant. Chaque peau a ses propres exigences ; aucune formule ou soin est universel. Et bien sûr le mode de vie a une influence directe sur sa santé et celle de nos phanères.

Par conséquent, choisir de faire soi-même sa cosmétique, c'est en quelque sorte partir à l'aventure. C'est un processus qui peut être long et fastidieux avant de trouver ce qui nous convient personnellement. Mais explorer les découvertes et expériences des autres m'a toujours aidée et inspirée. En dépit des ratés et balbutiements inévitables au début, il y a cependant une différence immédiate et une réaction rapide de la peau qui, même relatives, coupent l'envie d'un retour vers des produits conventionnels.

Focus sur les actifs

Cliquez surpour en savoir plus

Extrait de Fleurs de Mauve Extrait de Petit Houx Poudre de Perles d'Eau Douce Provitamine B5 Huile essentielle de Bois de Hô
Le Bois de Hô est une alternative au Bois de Rose, dont le coût à l'achat est plus élevé mais surtout son coût environnemental du fait de son exploitation industrielle intense. Ce bois précieux est en effet menacé et est maintenant une espèce protégée. En dehors de forêts gérées durablement et certifiées BIO, d'une distillation à partir des feuilles, et non du bois, et d'une importation selon les critères de la Convention CITES sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction, la production d'une huile essentielle de bois de rose, et tous les produits en contenant, participe à la destruction de la biodiversité.

Le 30 octobre 2020 — Posté par corOllule dU cHamp Du pOirier dans Mes Découvertes