J'Habite Un Soupir


Topia

Son but était de créer des petites villes autonomes.
Assurément des endroits agréables pour des gens dociles n'ayant pas de projets personnels et à qui il était égal de passer leur vie en compagnie d'autres gens n'ayant pas non plus de projets personnels. Comme c'est de règle dans les utopies, le droit d'avoir un projet de quelque importance revenait aux seuls urbanistes officiels.
— Jane Jacobs - Déclin et survie des grandes villes américaines
Dans le fond flou un tissu bleu sale, au premier plan un bord de table en bois usée, une serviette en papier brun, un verre d'eau et un dessert au chocolat que l'on devine dans une assiette blanche

A l’opposé de cette utopie institutionnelle, le fait de tenir compte de la réalité, de l’état du monde, des contraintes qu’il impose et de ses implacables limites est une base tangible pour s'engager, par bon sens, sur des chemins de traverses, pour des projets personnels porteurs d’un changement radical de mode de vie, et par extension de paradigme.

Le champ du quotidien est une quête d'un milieu acceptable. Il offre un terrain à explorer sans modération pour des actions constructives. C’est un laboratoire d'expérimentations d'alternatives, simples et concrètes, de solutions aux besoins trouvées grâce à l'ingéniosité, avec ce que l'on a, sans chercher à acquérir.

C'est ce que les Japonais nomme "kufuu", terme à consonance positive et éthique 工夫. C'est ce que j'appelle la Topie :

Topie

Nom féminin - Antonyme d'utopie en cela qu'elle désigne une alternative immédiatement applicable en tout lieu.

Écotopisme

Mouvement de la topie visant à respecter la planète et les êtres vivants, à préserver ou à restaurer l'environnement et la biodiversité, à agir en cohérence avec ces idées par une approche concrète.

Écotopiste

Personne qui applique à lui-même les mesures à sa disposition pour son bien-être, celui de la planète et dans l'intérêt général.
Sur une table en bois et dans le flou, gros plan sur un verre d'eau et peut-être une soucoupe et sa tasse d'expresso, devant eux mise au point sur un petit bol blanc crème sur lequel est peinte d'un trait fin et bleu pétrole une tulipe, il est rempli de sucre roux où est plantée une petite cuillère

Ainsi l'écotopiste s’adapte aux moyens mis à sa disposition. Son esprit s’applique à une constante ouverture afin d’être capable de changer à volonté d’angle de vue, pour mieux englober le sujet, envisager toutes les options, sans se défaire de ses objectifs.

Curieux mais clairvoyant, il lui tient à cœur de rester toujours vigilant, en accord avec une certaine idée du monde. Car il adhère totalement aux principes de l’écologie, de l'éthique solidaire et de la protection animale. Les choix de l'écotopiste doivent être fondés.

Il circonscrit ses besoins. Il prend la mesure de la subversivité de la gratuité. Il sait valoriser, donner, échanger objets et compétences, en cela être acteur d’une économie de réciprocité. Il manifeste une forte propension au bricolage, au recyclage et à la reconversion du matériel et autres outils qui sont à sa portée. Son souci est celui du pragmatisme et de l’économie au sens strict de l'épargne dans la dépense.

Il développe ou acquière une aptitude à l’expérimentation, à l’apprentissage continu, autonome et empirique, autant intellectuel que pratique. Pour se garantir autant qu'il se peut une vie saine. Fort de l'expérience des améliorations qu’il apporte pour son propre bien-être et de la responsabilité de ses actes qu’il endosse librement, il a le goût de la pédagogie.

Les efforts ainsi nécessaires à une consommation raisonnée et responsable sont pour lui inscrits dans son quotidien. Peu avare de son temps et pourvu d’un bon sens de l’analyse, il sait s’informer, se documenter, et en temps utile connaît ses droits. Il écrit, partage et confronte sa réflexion. Il comprend l’intérêt de la libre circulation des œuvres, des outils collaboratifs et ouverts, du caractère décentralisé du réseau Internet.

Inventif et affranchi dans des domaines divers, il est enthousiaste.

Il aime la discrétion et n’adhère à aucun code vestimentaire. Il exclut les marques de son vocabulaire et de ses placards. Il soustrait les logos pouvant être visibles. Il préfère les équipements et les vêtements de seconde main.

Il recherche l’équité et s’applique à savoir vivre en bonne intelligence.

Profondément dans son époque, il se défait du préfixe réducteur qui le désignait con par défaut et se proclame simple sommateur. C'est à dire messager d'une mise en demeure. Dans un système entièrement voué aux profits, à la violence de la compétition individuelle et à la destruction des ressources et des modes solidaires, il s'applique à ne jamais perdre de vue l’amplitude des actions immédiatement à sa disposition et à en prendre les droits de gestion.

Il a l’ambition d’une entité autonome, doté d’une marge de décision sur une vie sciemment frugale, humble et écotopique.

Le talent, c'est d'avoir envie.
— Jacques Brel
Sur un flou crème légèrement rosé se détachent et s'évaporent les tiges et les feuilles délicates, petites et ovales comme des graines, d'une plante verte vue à contre jour

Le 15 septembre 2016 — Posté par corOllule dU cHamp Du pOirier dans Parenthèses