Tarte crue au citron


Rédigé par - corOllule dU cHamp Du pOirier - le e

Fraîche, douce, fondante, crunchy, fruitée. Et si facile à faire. Du moins, avec un peu de patience, et de chance, car le plus dur est de trouver des avocats mûrs...

98.gif
Ingrédients pour le fond
  • 1 tasse d'amandes ou de noix de cajou
  • 1 tasse de noisettes
  • 5 dattes, idéalement des Mejhoul
  • 1 c-à-s d'huile de coco
  • 1 pincée de fleur de sel ou de sel rose
pour la crème
  • 3 avocats bien mûrs mais pas trop
  • 1 citron pour son jus
  • 2 c-à-s de miel ou de sirop d'agave

99.gif

Les noix ne doivent pas être grillées.

La mûre est intéressante pour remplacer une partie des dattes.

1 datte supplémentaire ou une 1 c-à-s de purée d'oléagineux feront une croûte plus ou moins sucrée, selon les préférences.

Préparation
  • Faire tremper les oléagineux durant 3 ou 4 heures.
  • Les mixer ensuite avec l'huile, le sel et les dattes
  • La pâte doit être suffisamment lisse pour être malléable tout en étant collante
  • Tapisser le fond d'un moule à tarte amovible en étalant la pâte avec vos doigts sur 1cm max d'épaisseur
  • Placer le moule au freezer ou au congélateur
  • Mixer ensemble les ingrédients de la crème pour obtenir une consistance onctueuse
  • Sortir le moule et recouvrir le fond avec la crème
100.gif

101.gif

102.gif

103.gif
  • Remettre au frais pour 1 à 2 heures, selon le froid que produit votre équipement.
  • Une fois bien réfrigéré, enlever le fond du moule, placer sur une belle assiette et déguster.
  • Servir garni éventuellement d'une couche de framboises, de myrtilles ou de groseilles, ou les trois mélangés, agrémentant d'autant la saveur acidulée. Et pourquoi pas décoré d'une belle cuillerée de chantilly de coco.

DClassé dans : Mon manger ,Mots clés : Alimentation vivante, Été, Couleurs, Gourmandise, Recettes, Sans gluten, Sans grain, Sans PLV

Cabas zéro pub


Rédigé par - corOllule dU cHamp Du pOirier - le e

La _pièce bleue_ exposée au nord, tout comme la cuisine, bénéficie d'une bonne lumière à partir du printemps. Là est donc installée ma machine à coudre dont j'use les rouages pour cette raison davantage durant la belle saison.



Depuis l'année dernière, après avoir découvert l'ingéniosité du dessus cousu à l'endroit enfilé dans le dessous à l'envers puis retourné, j'ai été pris d'une frénésie de couture et ai confectionné deux sacs de courses, deux totes-bags, quatre pochettes, une housse pour smartphone, deux sacs à bandoulières, un porte-monnaie et un grand sac fourre-tout.

Apprenant par moi-même à l'aide d'internet, les progrès sont lents, mais je suis malgré tout très fière de moi quand je termine un nouvel ouvrage, quels que soient ses nombreux défauts. Mes ressources d'apprentissage préférées sont l'incontournable site _Coupe Couture_ et de nombreuses chaînes youtube, notamment celles de _Viny_, de _Mouna_, de _Mélanie_ et de _Madalena_.



Pour me fournir en tissus, j'achète des lots de chutes chez Toto, ou bien je hacke toutes sortes d'articles chinés à la braderie Emmaüs dont je peux tirer des coupons aux motifs et matières très variés. Mais le plus souvent, je convertis d'ancien linge de maison, torchons, enveloppes de couette, draps, et même vêtements que je ne porte plus comme des robes, chemisiers ou pantalons.

Fabriquer mais aussi adapter, améliorer, personnaliser l'existant. À la maison, tous les sacs de courses sont en tissus, et certains proviennent de magasins, arborant en gros et bien visibles le nom et le logo de l'enseigne. Or je n'aime pas du tout afficher des marques sur moi. Servir bénévolement de sucette publicitaire ambulante me sort par les trous de nez.

Ce large sac de coton brut, je l'agrémente d'une double poche intérieure, assortie à une doublure extérieure masquant un énorme slogan sur les OGM. Et le tour est joué.



Même chose avec e sac en toile de jute offert par une coopérative de producteurs locaux - où je me fournis en fruits, légumes, viandes et produits laitiers - méritait une petite touche boho cheap pour masquer la marque, pourtant sobre et végétale, peinte en encre noire. Rien de plus simple en cousant une poche extérieure avec une serviette de table vintage dénichée à Emmaüs.

D'ailleurs grande nouvelle, l'association de l'Abbé Pierre se lance dans l'aventure du e-commerce, parée de ces valeurs, solidarité et coopératisme, avec le_Label Emmaüs_.







DClassé dans : Mes découvertes, Mes bricolages ,Mots clés : Couleurs, Couture, DIY, Kufuu, Les courses, Pièce bleue, Récup, Été

Matin de canicule


Rédigé par - corOllule dU cHamp Du pOirier - le e

Il fait très chaud. Le jour procure un nettoyage complet de la peau tant on transpire de partout. Je n'avais pas connu ça ailleurs qu'à Tokyo en juin 2011. Mais ici c'est presque pire vu que la ville, les équipements urbains, les commerces ne proposent que des espaces fermés et climatisés comme toutes commodités.





Pas de distributeurs de boissons dans les rues, pas d'humidificateurs pour rafraîchir les ruelles piétonnes, pas de toilettes publiques dans chaque périmètre à l'échelle du piéton, pas de transports publics correctement ventilés, pas de verdure intégrée et de rues arborées - ou si peu - pas d'ombre, ou plutôt pas de banc confortable à l'ombre, pas d'espace public réapproprié par les habitants où sont disséminés des jardins en pots.





La nuit aussi il fait très chaud. L'immeuble n'étant pas isolé, toute la chaleur accumulée dans les murs et les combles retombent dans mon appartement situé au dernier étage. Aucun air frais ne réussit à circuler pleinement dans les pièces malgré toutes les fenêtres ouvertes.

Le sommeil s'en trouve agité. Je me réveille plusieurs fois, les jambes lourdes, douloureuses, avec des impatiences. Sous la couette j'étouffe, dessus je frissonne et je gigote dans tous les sens. Le matin, quand le phénomène des températures s'inverse, quand le soleil recommence à chauffer l'atmosphère du dehors et le côté nord de l'immeuble, c'est à dire celui de la cuisine et de la pièce bleue, alors l'air de la chambre s'allège, s'adoucit, et le manque de sommeil ferme de tout son poids mes paupières.

Difficile dans ces conditions de se lever avant onze heures et demi, sans pour autant se sentir reposé. Le premier repas de la journée est donc pris plusieurs heures après, le temps de boire beaucoup, de se réhydrater, de se réveiller graduellement.

Manger de la douceur, de l'eau et de l'énergie.

Eau et jus d'argousier, infusion de concombre ou de citron avec de la lavande, de la menthe, du thym ou de l'ortie. Quelques minutes sur le net, un peu de rangement, aération du lit qui déborde sur la fenêtre, salutation au soleil, câlins à Bouddha, ma lapine, qui elle aussi a du mal à émerger par ces chaleurs.

Puis banane, abricot, kiwi, melon, myrtilles, une poignée d'amandes et de noisettes, un filet d'huile de chanvre, feuilles de framboisier et une pincée de gingembre.





DClassé dans : Mon manger, Ma ville ,Mots clés : Matin, Chambre, Repas, Piéton, Tokyo, Kufuu, Été