Mon côté Sorcière


Rédigé par - corOllule dU cHamp Du pOirier - le e

"Speedy Gonzales"... "Police"... "Jambes d'allumettes"... "Trisomie 21"... "Zizi-coincé-dans-le-placard"... "Mate-je-?"...
sont les quelques surnoms collectionnés par la petite fille maigre, introvertie, à la limite de l'aphasie, que j'ai été.

Pour démentir ces projections dont pour la plupart je ne comprenais pas la portée, je me suis fabriquée le costume du parfait clown de service, qui raconte des blagues de Coluche, imite de Funès, Zitrone et Mr Gonon le prof d'Histoire-Géo. Puis je suis tombée amoureuse de Sophie Marceau, me suis passionnée pour le cinéma et j'ai décidé de devenir "Actrice" !

C'était ignorer ma réalité. Une toute autre histoire.



Un jour, je suis allée voir mon patron pour lui demander une promotion. Je travaillais dans un fast food. C'est vrai que j'aimais beaucoup faire équipe avec l'un des managers mâles de mon restaurant, mais je ne m'attendais vraiment pas à ce que mon patron le relève et me demande si cette motivation pour devenir aussi manager n'était pas simplement parce que j'étais tombée amoureuse de lui.

Puis non content de m'avoir séchée sur place, il commença à m'expliquer qu'il fallait vraiment aimer ça - fabriquer et servir des hamburgers - "fallait en bouffer du ketchup, avoir du ketchup dans les veines, aimer bouffer du ketchup tous les matins". Et simultanément, tout en l'écoutant, je me voyais déjà devoir chaque jour aller en réserve sèche pour ouvrir un sachet de ketchup et le gober avant d'aller pointer en croisant mes collègues chefs arborant leur beaux bras écarlates, veinés de ketchup.

Évidemment ma logique est tout de suite intervenue pour m'indiquer que ce n'était pas possible, que c'était une façon de parler. Mais j'avoue, je n'y entends rien aux façons de parler.



À mes dix sept ans, mon père m'a offert une montre. C'était ma première vraie montre, pas une en plastique avec un écran à quartz. Non, c'était une montre analogique avec un cadre en métal anthracite, ses nombres et ses aiguilles étaient bleu jean, et son bracelet en cuir marron caramel. Elle était magnifique. Le premier jour que je suis allée au lycée avec, j'étais fière, je jubilais.

Durant la pose déjeuner, au seul café snack du quartier, j'étais en compagnie de "mes deux meilleures copines" - du moins je mangeais à la table à côté de la leur, seule - et je saisissais chaque prétexte dans leur conversation pour regarder ma montre et leur dire l'heure. Je mangeais, je parlais, j'écoutais en regardant ma montre, tout à l'admiration de cette belle mécanique. Et soudain, l'une des copines me tomba dessus en me demandant de bien vouloir"fermer ma gueule, qu'il y en avait raz le bol de m'entendre égrener le temps comme l'horloge parlante".

Je me suis littéralement brisée en deux. Le chagrin m'a envahie comme une chasse d'eau. Au bord des larmes, j'étais paralysée par la brutalité de sa réaction quand je n'étais qu'amour et partage de ma joie.

Depuis j'ai fait un long chemin. Je sais faire la part de ce qui ne se voit pas chez moi de ce qui se voit. Ou presque.



Je ne peux pas parler et regarder en même temps dans les yeux la personne à qui je m'adresse. Et si on me parle en me regardant dans les yeux, une erreur 404 s'affiche derrière les miens.

Quand je suis dans un groupe, je n'arrive pas à tenir une conversation plus de quelques minutes. Mon attention décroche assez vite de mon interlocuteur et s'agrippe à tout ce qui dépasse autour, dans mon champ auditif et visuel. Et très vite je finis là, dans un coin, à entendre les choses et les gens, à regarder dans le vague, sans comprendre les enjeux des sujets abordés. Je crois déranger si je rouvre la bouche, je n'ose pas couper la parole. Et si malgré tout je m'y risque, attirant sur moi l'attention de l'ensemble du groupe, ma voix sort de ma bouche avec la puissance d'un cri de campagnol.

L'idée que je tente alors d'exprimer se contracte et je sens mon cerveau se vider comme une gourde percée. Je m'entends parler, je me vois parler, mais je ne sais plus vers quoi mon propos tente d'aller, car je n'ai plus accès à mes souvenirs, à mes références, à mon stock de ressources, aussi humble soit-il, et j'ai peur que ça se voit.

Je n'aime pas non plus que l'on me touche, je respire moins bien.



Longtemps lorsqu'un imprévu s'intercalait brutalement, j'étais prise d'un monologue inondant mes synapses et d'une impatience emballant tous mes nerfs, extrêmement pressée de régler cet épisode pour revenir mon rythme normal.

Pour contrer l'anxiété qui m'envahit face à des évènements inhabituels, je me prépare constamment mentalement, je planifie des semaines à l'avance, j'envisage un catalogue de scénarios, tout en sons et en images, avec dialogues et variables scrupuleusement réfléchies. Que ce soit pour un déplacement dans une autre ville, une visite chez mon ostéo ou un simple repas entre copines.

Depuis bientôt cinq ans, je fais du théâtre pour remédier à des crises de tremblements avec paralysie de la mâchoire qui m'ont souvent fait frôler le malaise vagal dans des circonstances pourtant tout à fait banales. Grâce à l'accès facile et gratuit à des vidéos de séances de yoga sur le web, j'ai appris seule, chez moi, à respirer et dans une certaine mesure à lâcher prise. Aujourd'hui la houle reste sous contrôle dans mon ventre.



Pour les mêmes raisons, je n'invite jamais personne à venir chez moi. Quand c'est indispensable, j'ai besoin de le planifier bien à l'avance. Je déteste ça, pas celle ou celui qui vient, mais qu'on entre dans ce qui est pour moi mon ultime intimité. C'est juste au dessus de mes forces. Parce que c'est l'endroit sensé me protéger de toute cette foultitude d'éléments disparates et dénués de tout bon sens à l'extérieur, qui affolent mon système neurovégétatif, c'est mon dernier refuge, où je connais par coeur le moindre éclat du carrelage ou accroc de tapisserie. D'ailleurs je n'ouvre jamais ma porte quand je n'attends personne.

Voyager est aussi une lourde épreuve. Mais paradoxalement j'ai été détendue et très à l'aise dans ce monstre urbain qu'est Tokyo. Certainement du fait que je ne lis pas le japonais, mon cerveau a pu se mettre au repos, cessant d'être constamment sollicité par de multiples informations, percevant à la place juste de simples dessins.

Quand je suis quelque part, en week-end, en résidence ou bien à un pique-nique, très souvent je me fais mal. Je tombe, trébuche, me tord la cheville, je me coupe, ramasse une écharde, casse, inonde, met en panne ou brûle quelque chose.

Ou bien je me fais un suçon du tympan en retirant un des bouchons sensé m'aider à dormir à côté de la copine dont la respiration nocturne peut atteindre les 80 décibels. Et je ne le dis à personne, même si du sang sort de mon oreille.



Je n'ai jamais eu d'attirance sexuelle. J'ai passé plusieurs nuits avec différents petits copains sans qu'il ne se passe absolument rien. J'aime seulement certaines textures de peaux et de pilosités, surtout au niveau du cou, et j'aime une frontière nette, franche, entre la nuque et la racine des cheveux. Les mains mates et musculeuses, aussi.

Je tombe intellectuellement amoureuse. Amoureuse d'un regard intense, rempli d'un éclat incisif, et puis d'une belle diction... très souvent c'est une douce et manière soutenue de parler qui m'attire physiquement. Non pas pour mélanger nos fluides, mais bien davantage pour simplement être ensemble.

Je suis tout à fait apte et disposée à ce que mon corps exulte, j'ai même plutôt beaucoup de facilités à éprouver du plaisir, mais quand je rencontre quelqu'un, c'est sans doute la dernière de mes préoccupations. Dans la vie en général, du reste. Le contact physique, je l'ai dit, est tout un problème, mais la conversation, l'échange, les jeux subtils de la séduction sont pour moi du charabia. Si un garçon (je suis hétéro) me sourit, je pense qu'il passe une bonne journée.



Tous ces faux-pas, ces retraits et ces décalages, durant des décennies, ont été des évidences indicibles de mon quotidien, que je pensais communes, universelles. Aujourd'hui, à la lumière de mon auto-diagnostic, tout en assistant ébahie à la réconciliation de mon moi-de-dedans-tout-au-fond-enfoui de petite fille avec la femme de près d'un demi siècle que je vois désormais dans la glace, un lourd soulagement s'installe petit à petit. je me donne l'autorisation d'assumer ce que je suis. Cependant j'oscille entre la joie de la réponse enfin trouvée et le deuil de la perte.

Oui quoi, ça ne fait jamais que quinze ans que je suis dans le déni. Comme pour mon allergie au gluten, où j'ai attendu quatre ans avant d'accepter l'évidence.

Pourtant, au fil de nombreuses lectures suite à d'excellents résultats obtenus à des tests pyscho-techniques passés au hasard d'une formation et qui firent ma grande surprise, à mes 41 de quotient [ AQ de Baron-Cohen ] et à la rencontre de quelques vrai.e.s Aspies dans la vraie vie, l'éventualité que j'entrais dans la petite case de l'autisme sans handicap mental - ou de haut niveau - m'a fréquemment effleurée. Ou du syndrome Asperger, ou TSA, ou... quelque soit le nom qu'un expert mettrait dessus. Mais jamais je n'ai osé en tirer de conclusion. Je me disais mais non, ça n'est pas moi, ça y ressemble mais ça peut pas être ça, des gens l'auraient vu depuis le temps... Moi ça s'explique surtout par le fait que j'ai grandi dans une secte.

Cette dernière particularité de mon parcours justifiait ainsi tout dans mon inventaire des choses qui chez moi ne tournent pas dans le même sens des vents dominants.



Finalement, j'ai même de la chance, aujourd'hui être aspie est devenu en vogue. On les a d'abord beaucoup recherché au début de l'ère industrielle pour exploiter leurs facilités avec les nombres et leur forte capacité de travail. Depuis, la science a découvert que les femmes pouvaient aussi présenter ce syndrome, longtemps resté une exclusivité masculine. Ma place dans la société est donc garantie.

D'ailleurs les Asperger poussent comme des petits pains sur le web, multipliant les #Geek à longueur de profil, surfant sur cette mode du développement personnel qui invite à l'authenticité, l'inventivité, à la facilité d'explorer des alternatives et à l'expression de soi à travers ses passions. Tout ce que je sais faire de mieux.

Si j'en étais capable, je serais coach en autonomie, mon parcours d'autodidacte comme agrément professionnel et tampon officiel. Je pourrais enseigner les outils de l'auto-apprentissage, soigner les phobies administratives, former au nettoyage intérieur écologique, initier à la revalorisation des vêtements et des objets, livrer les secrets des soins naturels et de la cuisine végétale, partager mon expérience des intolérances alimentaires ou même apprendre à photographier et traiter des images, à construire et designer un blog, à se démerder tout seul quoi pour résumer.



Bien sûr, dès que le contexte et les conventions l'exigent, l'étiquette "Nerd" de tous ces fraîchement promus du bulbe supérieur glisse subrepticement dans une poche, par nécessité pour décrocher un entretien d'embauche, un stage dans une prestigieuse entreprise, ou trouver des sponsors afin "de vivre de son activité de vlogging". Quand moi je tombe malade après une réunion de deux heures avec douze personnes dans une salle climatisée éclairée aux néons. Ou mets trois jours pour envoyer l'e-mail qui accompagne un devis. Mais au fond tout ça n'est pas si terrible, car en d'autres temps, un tout autre sort m'aurait été réservé.

Être une femme solitaire, sans enfant, n'en avoir jamais voulu, préférant la compagnie des bêtes à poils à celle de ses semblables, démunie face à la compétition, rompant avec sa propre famille, dotée d'un esprit critique volubile, d'un humour littéral, allergique aux rites sociaux, parlant aux plantes, lavant ses cheveux avec de la boue, soignant ses angoisses et ses insomnies en se parant de jade, de rhodochrosite ou de gabbro... Être une femme en colère, pleurant de rage les atrocités et destructions massives inhérentes à cette crétinerie humaine globalisée qui dirige le monde, désespérée et en lutte, préférant la justice au bonheur, globalement réfractaire... Mouais, en d'autres temps, cela m'aurait valu d'être directement expédiée au bûcher.



DClassé dans : Mes découvertes ,Mots clés : Autonomie, Corps, Éthique, Politique,

Chocolin


Rédigé par - corOllule dU cHamp Du pOirier - le e

Du chocolat sans sucre, ou presque, aussi doux que du chocolat au lait, mais sans lait ?
et très riche en magnésium... et en oméga 3 ?!

Oui c'est possible, et c'est même à fabriquer soi-même, juste en deux minutes.


  • Choisir un chocolat bio à 85% minimum, idéalement cru, et le faire fondre au bain marie à feu très très doux.
  • Pour 100g de chocolat, moudre 20g de lin blond ou brin.

On en trouve facilement en vrac en magasin bio.
Et ça coûte trois fois rien.

  • Mélanger le lin finement moulu avec 2 c-à-c de cannelle puis le tout au chocolat fondu.
  • Verser la préparation dans un moule à fond amovible et laisser refroidir.
  • Puis placer au frigo au moins deux heures.


À la belle saison, on peut déguster cette douceur fortement cacaotée, et qui fond comme un iceberg dans la bouche, avec des myrtilles et un thé vert à la mandarine...



DClassé dans : Mon manger ,Mots clés : Gourmandise, Recettes, DIY, Sans PLV, Alimentation vivante

En attendant Tokyo


Rédigé par - corOllule dU cHamp Du pOirier - le e

À la descente du train, j'ai beaucoup de temps devant moi avant le décollage. Je connais peu Paris mais je sais que les quartiers où je pourrais aimer me balader sont au moins à quinze stations de métro d'ici, avec un changement. J'ai du temps, mais pas suffisamment pour faire de cette escale un moment à part entière, en ce tout début de mois d'avril, de flâneries et de découvertes dans les rues de la capitale.



Je sors alors de la gare à la recherche d'un café. Je préfère attendre dans la ville, me poser quelque part et contempler le va-et-vient des autochtones, plutôt que de errer dans la vastitude du Terminal 2E à Charles de Gaulle. Surtout sans avoir aucun argent à dépenser dans les boutiques et sans autre distraction que celles déjà épuisées dans le train.

Parcourir une distance se résume finalement à l'attente durant la traversée. Passage plus ou moins long selon la distance à parcourir. Le train ayant dénaturé la panorama qu'il avait lui-même inventé, augmentant toujours plus sa vitesse et le nombre de tunnels, il ne demeure guère désormais que le vélo pour vivre la véritable expérience du voyage.



Reste également l'attente avant le voyage, pour frémir du plaisir de l'évasion, celle durant les préparatifs, celle de l'anticipation et de l'imagination... Après elle, c'est presque déjà trop tard.

Mais attendre dans ce tube qu'est le train aujourd'hui est d'un ennui sans nom. Et l'idée de finir déjà cette journée sur une banquette encore inconfortable, avec pour toute occupation mon portable connecté au wifi gratuit de l'aéroport, avant de monter dans un second tube doté cette fois d'une paire d'ailes, tout à fait lasse après l'épreuve des contrôles de sécurité, me déprime d'avance.

C'est du reste assez humiliant de voir au loin les passagers de la première classe contourner toutes les files d'attente. Être riche lave apparemment de tout soupçon et offre le privilège de ne pas devoir enlever manteau, ceinture et chaussures avant de passer sous le pont du scanner, les doigts agrippés au pantalon et l'oeil rivé aux bacs remplis des effets personnels qui s'agglutinent en tas de l'autre côté du comptoir.

Et puis je refuse de ruiner mon énergie, avant même d'être montée dans l'avion, que je réserve à l'épreuve des douze heures de vol. J'ai besoin d'une pause au milieu de l'attente. Autant profiter de cette virgule du parcours, cette sorte de sas à Montparnasse, pour fractionner la durée. Ne serait-ce que pour répondre aux besoins naturels.



J'ai envie de faire pipi. Et j’ai un peu faim. Mais j’ai surtout besoin de réveiller mon corps engourdi par le train. Mes yeux et mon cerveau sont abrutis par tout ce temps passé dans un espace confiné où le bruit du moteur, la climatisation et la lumière artificielle dominent.

J'ai bien tenté de dégourdir mes jambes dans l’allée centrale, mais elle était tellement encombrée de bagages que ça s'est vite résumé à un exercice d’équilibre passablement périlleux.

Inévitablement je me suis retrouvée ballottée dans les courbes que le train négociait à grande vitesse. Perdant mon centre de gravité, passant d'un virage à un autre, oscillant d'une oblique à une autre, évitant de justesse la chute en agrippant chaque tête de siège, je crois que j'ai arraché au passage quelques mèches de cheveux.



Marcher sans but sur le macadam est à présent ma meilleure option pour oxygéner mes artères et mes synapses. Au hasard du relief des façades, je me dirige donc sur le boulevard, le nez en l'air, vers un petit carrefour dégagé.

Le goudron des trottoirs est encore humide du passage des engins de nettoyage municipaux, infusant une odeur d’huile de vidange et de poubelles éventrées. Les femmes font résonner leurs talons si violemment que je m'attends à chaque instant à les entendre se briser. Les hommes se hâtent tout autant, pour certains les joues encore rouge du feu du rasoir.

Tous regardent droit devant eux, tous me laissent derrière eux.


Visage fermé, sourcils froncés, lèvres serrées, le corps tendu vers le pas suivant qui les rapproche chaque seconde un peu plus de leur destination, leur allure trahit comme une aversion à être dehors. Davantage fébriles que seulement pressées, ma lenteur dissipée les contrarie, leur faisant l'aveu que j’échappe à leurs communes contraintes.

Soufflant, reniflant, fumant dans le col remonté de leurs manteaux froissés, le troupeau se livre à une âpre bataille pour le plus court chemin, mu par une urgence, pour l’issue vers un endroit où s’abriter, et comme si leur intelligence à s’orienter le plus efficacement possible mettait leur vie en jeu.



Des petits nuages blancs s’échappent de leurs narines, bouquets de vapeur éphémères sentant le café bon marché ou le tabac froid. Lorsque, piétinant leurs pieds gelés, tous se retrouvent nassés à un carrefour leur refusant par le rouge la priorité, un orgueil démesuré les empare soudain, leur dignité, leur intégrité, leur liberté même les mettant en demeure de s’insurger.

Et en leurs noms, les voilà démontrant leur supériorité ultime sur le badaud du dimanche en bravant le bus qui déboîte, l’auto-entrepreneur à vélo qui glisse sur une flaque et le taxi qui accélère à la vue d’un piéton hors des clous.



Je laisse cette furie se déliter autour de moi. Je brûle luxueusement mon temps à chaque passage piéton, attendant avant chaque traversée que le petit bonhomme soit vert. Je cherche la devanture d'un bistrot. Les voitures redémarrent en trombe.

J'aperçois une terrasse et quelques grosses jardinières garnis de bambous sous un large store baissé. Je choisis une table tout contre la lampe chauffante et commande un thé rouge.



Il fait frais. Le ciel indécis diffuse un éclat de soleil percé d'un vent maussade. Le serveur revient avec sur son plateau une petite théière noire et une tasse en verre. Je sors de mon sac un paquet de chocolat cru aux amandes. J'ai une envie de croissant au beurre...

Je souris au vide. Le bruit s'atténue. Le monde qui passe devant le café se fait moins dense. L'heure d'embauche s'éloignant sans doute, ou bien celle de la pause cigarette s'approchant.



J'écoute.

La ville gonfle, traîne, s'effrite et s'agglomère. Je la regarde mais je suis déjà partie. Mon ventre rigole, il jubile à l’idée de s'envoler dans moins de cinq heures pour l’autre bout du monde, à neuf mille sept cents kilomètres, au delà de ma simple perception de l'espace, si loin de ces teints gris et de ces mines aigries.



DClassé dans : Mes découvertes ,Mots clés : Mode de vie, Piéton, Voyage